lundi 12 février 2018

Vendre ses œuvres d'art pour rembourser sa dette


Tu tombes sur un documentaire sur la quasi-faillite de la ville de Détroit et les débats agitant la communauté pour renflouer les caisses et limiter l'impact sur la population. Tu découvres alors le mouvement populaire puissant incitant la ville à vendre les collections de son superbe musée des beaux-arts, l'un des 3 plus beaux des Etats-Unis. Le discours anti-intellectuel est assez simple : les œuvres d'art ne servent à rien et n'ont pas à être détenues par la ville. La ville doit donc s'en débarrasser pour financer pensions et avantages sociaux en tous genres. Peu important d'ailleurs que l'on finance ainsi des dépenses de fonctionnement avec des recettes exceptionnelles, l'important est de poursuivre sur un train de vie insoutenable, le plus longtemps possible. Après moi le déluge.

Ne nous moquons pas trop de ces Américains désespérés, nombre de personne dans ce pays seraient favorables à tout vendre, tant que ceci permet de sauvegarder subventions, aides, prébendes et avantages divers quelques années de plus. 

Les années de clientélisme et de distribution d'argent pour se créer des électorats captifs et fidèles prendront longtemps, très longtemps à solder. Et en attendant, nous aurons à vivre avec les récriminations d'une population refusant de voir la vérité en face.

vendredi 9 février 2018

L'homme cette création du désir

"L'homme est une création du désir, non une création du besoin" Gaston Bachelard

Aucune invention ne vient de la bête et prosaïque nécessité. L'automobile a été inventée par des fous de vitesse et de sensations fortes, non par des hommes d'affaires souhaitant optimiser le transport de personnes et de marchandises. De même, les premiers aviateurs cherchaient les records, non le profit. 

De là à dire que le besoin vient du désir...

dimanche 24 décembre 2017

Un pas après l'autre

Bien souvent, tu es impatient et irritable, tendu vers l'objectif à atteindre. Tu es obsédé par le livrable de ton projet, la victoire dans ton match de tennis, le mot fin dans ton livre. 

Tu fais fausse route.

L'important n'est pas le résultat attendu mais le chemin pour l'atteindre. Le chemin c'est aller d'étape en étape en te hâtant lentement. Ta seule obsession doit être de faire au mieux durant l'étape en cours, sans t'occuper de la suite. Vivre au mieux l'instant présent est déjà beaucoup.

Tu sais pourtant que pour apprendre à écrire, il faut commencer par la lettre A et ensuite passer au B et ce jusqu'au Z. Alors cesse de te lancer dans tes projets en pensant tout de suite au Z, concentre toi uniquement sur la prochaine lettre à apprendre. Cette discipline est importante car elle te permettra de soulager ton angoisse de l'échec et d'accomplir étape par étape de grandes choses.